Archives par mot-clé : Vulcain Helios

Présence de Fulcanelli : l’Etoile au front

Julien_Champagne_CurieFulcanelli, les Lesseps et la communauté du Chat Noir.

C’est Jean-Julien Champagne qui introduisit le tout jeune Eugène Canseliet auprès des Lesseps, et avec eux il découvrit le milieu cosmopolite de gens appartenant aussi bien au monde de la politique et des affaires qu’à celui des arts et de la littérature en particulier. Il pu également faire la connaissance de Raymond Roussel sur lequel nous aurons à revenir (la course des hippocampes et un certain M. Volcan).

En la fas­tueuse demeure de l’avenue Montaigne on pouvait voir aux cours de soirées mondaines des hommes politiques d’orienta­tions diverses autour de l’homme d’affaire.

Continuer la lecture de Présence de Fulcanelli : l’Etoile au front

Présence de Fulcanelli : Pierrot lunaire (1)

JulienChampagne.champagneAu Soleil ardent de Fulcanelli, il convenait d’avoir son répondant sous sa forme lunaire et ce répondant fut l’artiste peintre et accessoirement saltimbanque, Jean-Julien Champagne.

Jean-Julien Champagne, Pierrot lunaire, tireur de ficelles au théâtre d’ombre. Jean-Julien Champagne fut manifestement l’homme de l’ombre et emporta avec lui une partie des mystères liés à l’oeuvre de l’Adepte.  Nous ne referons pas sa biographie car elle a été abondamment commentée ici et là, mais nous nous attacherons plutôt à sa face sombre et « lunaire » sans toutefois dénier le fait que c’était un remarquable illustrateur et aquarelliste.

Esprit d’une curiosité insatiable il eut l’occasion de rencontrer le tout Paris ésotérique de l’époque.

Eugène Canseliet, relate dans sa dernière préface au Mystère des cathédrales, en 1964, que Jean-Julien Champagne rencontra Fulcanelli dans le courant de l’année 1905, sans en préciser toutefois les circonstances.

Continuer la lecture de Présence de Fulcanelli : Pierrot lunaire (1)

Présence de Fulcanelli (1841 – 1923)

anna jacob Anna J. , la femme de l’Adepte et meilleure amie de l’épouse d’Edouard Branly, collègue de son mari. Elle lui donnera quatre fils dont l’un tombera au champ d’honneur lors de la Grande Guerre, ce qui affectera et assombrira l’humeur du Maître pour le restant de ses jours. Discrète, d’un naturel sociable et aimable, cette femme naturellement élégante, aura veillé avec patience et amour sur le Maître. Elle disparaitra avant lui.

C’est  en présence de  Jules Violle, alias Fulcanelli, que leur ami commun, Edouard Branly, procédera à sa première expérience de TSF !

Il y aurait beaucoup à dire sur l’amitié qui unissait ces deux hommes, seul regret aucun quai ni aucun monument à Paris ne porte le nom de l’Adepte : nous espérons qu’avec le temps et le fruit de nos recherches, que cette lacune sera comblée. En 1871, lors de l’insurrection de Paris, le futur Fulcanelli, participait à sa défense sous les ordres du célèbre architecte, Eugène Emmanuel Viollet le Duc, alors lieutenant colonel. C’est Marcelin Berthelot qui assurait alors la présidence du Comité Scientifique de la défense de Paris, auquel participait le jeune professeur qui venait tout juste de soutenir sa thèse à la Sorbonne.  Y participait également Edouard Branly qui avait lié amitié avec lui à l’Ecole normale supérieure et qui s’était tout comme lui intéressé aux recherches sur la température du Soleil. Ils poursuivirent cette amitié, notamment au travers de leurs épouses respectives qui nouèrent une riche correspondance. Amitié qui tourna aussi autour de nombreuses causeries sur le catholicisme menacé et la décadence des moeurs de l’époque (déjà !).

Continuer la lecture de Présence de Fulcanelli (1841 – 1923)